Une histoire de l'informatique en Suisse

  Presse informatique    La saga du Videotex

La saga du Vidéotex

Notes

1.- Vidéotex et vidéotex. Pour orthographier ce mot, nous adopterons la même logique qui s'est répandue dans l'usage pour l'écriture du mot Internet. Avec majuscule lorsque l'on fait référence à « le » Vidéotex suisse, comme pour un nom propre. Avec minuscule lorsqu'il est utilisé comme adjectif : un terminal vidéotex. La même règle sera appliquée pour « le » Internet et « le » Minitel.

2.- Le géant jaune. Périphrase familière pour désigner les PTT suisses. Conséquence de la libéralisation entérinée par la loi de 1992, les PTT ont été divisés en deux entités séparées, La Poste et Télécom PTT. Télécom PTT deviendra Swisscom, en 1997.

3.- Télépac. Nom donné en Suisse au réseau X25 qui effectue la transmission des données en les découpant en paquets de 128 caractères.

4.- Grounding. Immobilisation au sol de la flotte de Swissair qui est à cours de liquidités. Une débâcle qui annonce la fin de la grande entreprise suisse.

5.- Kiosque. Système de facturation simplifiée de Teletel 3, sur le numéro d'appel 3615. La facture globale (téléphone + services) de l'usager dépend du temps de connexion. Le fournisseur d'informations perçoit le prix de ses services sur une base forfaitaire.

6.- Swissnet 1. Premier réseau à transmission numérique de Suisse mis en service au cours de l'année 1988. Il utilise la technologie ISDN, RNIS en français, soit réseau numérique à intégration de services. Swissnet 2 a été mis en service, fin 1992, avec des capacités de transmission élargies et des fonctions nouvelles.

Sources

L'auteur a puisé les informations nécessaires à la rédaction de cet article dans :

L'auteur remercie Philippe Roditi et Francis Cobbi, directeurs de la société VTX, ainsi que Jean-Daniel Zosso (Swisscom) et Xavier Comtesse (Avenir Suisse) pour leur coopération et les renseignements qu'ils lui ont fournis.

L'auteur remercie également Yves Bolognini, président de la fondation Mémoires Informatiques, pour les photos des terminaux vidéotex provenant des collections de cette fondation.

L'auteur

Licenciée en droit (Aix en Provence) et diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris, Marielle Stamm a suivi une formation en informatique à l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique, Paris). Elle a travaillé ensuite dans une société de services informatiques, à Paris. En 1974, elle devient la première journaliste spécialisée en informatique, en Suisse. Correspondante du journal français 01 Informatique (Groupe Tests, Paris), elle dirige, à partir de 1982, la société Edimont, éditrice du journal Informatique & Bureautique dont la fréquence devient hebdomadaire en 1989. En 1992, le journal devient IB Magazine et bi-mensuel. En 1993, Marielle Stamm opte pour une nouvelle activité et devient directrice du marketing du journal romand 24 heures. En 2005, elle publie un premier roman L'Oeil de Lucie, qui reçoit le prix littéraire Rambert, en 2007. Elle consacre aujourd'hui son temps à l'écriture. Marielle Stamm fait partie des membres fondateurs de Mémoires Informatiques (www.mémoires-informatiques.org).