Une histoire de l'informatique en Suisse

  Presse informatique

    A l'aube des années 1980, menaces et promesses de l'ordinateur

IMM 1979 du matériel américain et des distributeurs suisses Montre le document original

01 Informatique No 547 (2 juillet 1979)

Avec plus de 5 600 visiteurs, IMMM, qui s'est tenu pour la 3è fois consécutive à Genève du 19 au 21 juin dernier, a dépassé le score de l'an dernier, et ceci malgré un fléchissement du nombre des exposants (74 stands). Si sa vocation internationale - malgré l'initiale du sigle - reste peu accentuée, IMMM s'affirme comme la seule manifestation d'envergure totalement vouée à la micro-informatique en Suisse. La présence de nombreuses firmes suisses alémaniques en témoigne.

Quant aux sessions techniques, malheureusement toutes en anglais, elles ont attiré environ 570 personnes (un peu moins que l'an dernier) à des exposés dont la qualité, selon plusieurs participants, était d'un très bon niveau.

Logiciel évolué sur les micros des constructeurs de minis

La visite de l'exposition est aussi plus agréable, des boxes peints en blanc et moquettés de bleu ont fait place au jute triste de l'an dernier. Elle débute sur le devant de la scène par les deux grands constructeurs de minis, Digital Equipment et Data General.

Digital montre, pour la première fois en Europe, la quatrième génération des PDP 11, le LSI 11/23, son micro-ordinateur dernier-né aux performances quadruplées par rapport au prédécesseur LS 11/2 et qui dispose du jeu d'instructions du mini-ordinateur PDP 11/34.

De son côté, Data General annonce l'adjonction d'un système d'exploitation évolué, le Micron, et du langage de haut niveau Pascal sur la gamme Micronova.

Chez l'un comme chez l'autre, l'accent est mis sur la compatibilité au sein des gammes de produits, entre micros et minis. Le LSI 11/23 peut fonctionner avec les systèmes d'exploitation RSX-11M et RSX-11S des plus gros PDP 11. Micron, de Data General, est compatible avec le système d'exploitation AOS dont sont dotés les gros systèmes Eclipse. Les constructeurs de minis mettent ainsi en avant l'argument de la compatibilité et des logiciels sophistiqués face à la concurrence des constructeurs de micros. Celle des fabricants de compatibles est également gênante, même si ceux-ci se fournissent chez Digital pour l'achat des unités centrales, LSI 11 en l'occurrence.

Pleyssey Peripheral Systems est le plus connu, mais d'autres commencent à s'intéresser au marché suisse, via les distributeurs. C'est ainsi qu'Adcomp (après la représentation de Dataram), Data System Designs, MDB Systems et Stolz commercialisent les systèmes disques de Xylogics.

La montée de l'informatique individuelle

La manifestation reste, on le voit, très orientée vers l'utilisateur OEM à la recherche des plus récents équipements susceptibles d'améliorer ses systèmes.

Il s'y greffe toutefois, et de manière beaucoup plus marquante que l'an dernier, un intérêt nouveau, celui pour l'ordinateur personnel. L'animal favori est, en Suisse, le Pet, et cela grâce aux efforts de son représentant officiel, le distributeur suisse allemand Elbatex, qui en aurait vendu un millier depuis un an.

Pour mieux attirer le marché du « small business », il a créé une petite société de service, ProSoft, qui développe une série de programmes pour l'adressage, la gestion des stocks, les médecins, etc.

Une série « d'outsiders » se fournissent en Pet chez des « dealers américains », les vendent au rabais, et proposent leurs services en prodiguant des prospectus à la sortie de l'exposition,

L'Apple, toujours sans distributeur agréé pour la Suisse, est visible sur le stand commun d'Irco et de Celtone. Comme pour le Pet, l'intérêt des conseils en informatique commence à s'éveiller, et quelques pionniers développent qui des programmes de gestion, qui des programmes spécifiques, selon l'intérêt du moment. Encore peu connu en Suisse, malgré ses succès outre-Atlantique, le TRS 80 de Tandy, venu à Genève avec tout son état-major belge, devrait prochainement trouver un parrain officiel en Suisse. Malgré l'engouement des convertis, malgré un début d'intérêt dans le grand public, l'informatique individuelle devra encore surmonter deux difficultés majeures, celle des canaux de distribution fiables, à même de supporter un service technique après-vente, et celle du développement des logiciels d'application, compléments indispensables pour la conquête du grand public.

Le quatrième IMMM aura lieu l'an prochain, à nouveau à Genève, du 17 au 19 juin. Ses organisateurs pensent l'élargir à d'autres domaines comme les télécommunication ou le traitement de texte. Une affaire à suivre...

Marielle Stamm