Une histoire de l'informatique en Suisse

  Presse informatique    1977, l'année des grandes manoeuvres

Ineltec 77 : la microinformatique en vedette

01 Informatique No. 454 (19 septembre 1977)

Ineltec a refermé ses portes sur le 36 000e visiteur de ce salon de l'électronique industrielle et de l'électrotechnique qui a regroupé 720 exposants en provenance de 20 pays. L'informatique était l'un des huit secteurs de l'économie représentés au sein de cette vaste foire allant de la production et de la distribution d'énergie aux techniques de mesure et de contrôle, en passant par tous les composants.

Les constructeurs et représentants de minis et micros ou de périphériques étaient tous logés ensemble, à quelques exceptions près, dans la halle 1, aux côtés des fabricants d'instruments de commande et de régulation et des firmes spécialisées dans les télécommunications. Beaucoup s'étaient déjà retrouvés trois mois plus tôt à Genève, à l'IMMM.

Comme à cette récente exposition, nous avons vu de nombreux systèmes de développement. Citons par exemple, sur le stand d'Erni, un système sophistiqué développé sur un mini-ordinateur 990/10 de Texas Instruments et composé de différents périphériques, disque Diablo, écran TI, terminal Silent 733 ASR, au prix de 73 000 FS, logiciel inclus. Plus modeste, le système 990/4, « Prototype » comprenant le micro-ordinateur 990/4, un terminal à cassette magnétique Silent 733 ASR, coûte près de 20 000 FS, logiciel de développement inclus.

Plus nouveau par la cible visée grâce à des prix « pour toutes les bourses », le Kim 1, développé par Elbatex et réalisé sur le microprocesseur 6502, livré assemblé et testé, au prix de 749 FS. Dans la même veine, le Dauphin, développé à l'EPFL au Laboratoire des Calculatrices digitales, que commercialise aujourd'hui Stoppani à Travers (voir « 01 » n° 444). Ce système est construit autour d'un microprocesseur Signetics dans la version Club à 585 FS, et autour d'un processeur Zilog Z 80 dans sa version industrie qui, montée et testée, est vendue au prix de 1 250 FS.

L'offre en terminaux s'élargit, à chaque exposition, davantage. Nous avons remarqué surtout les dernières nouveautés en matière de systèmes graphiques interactifs. Ainsi, chez Tektronix le système 4081 doté d'un grand écran (19 Inches en diagonale), d'une tablette digitale et de possibilités logicielles importantes, et chez Marli, le système Megatek basé sur un Nova 3.

Toujours dans les terminaux, nous avons noté, chez Henesa, les écrans Lynwood dotés de quelques possibilités graphiques et qui permettent de visualiser 30 lignes de 80 caractères, ainsi que sur le stand de Kontron, les plus récents modèles d'ADDS, la série Regent 100 et 200, destinés à remplacer progressivement les modèles Consul du même constructeur.

En visitant le stand de Modulator, nous avons appris que la firme bernoise qui représente Thomson depuis de nombreuses années en Suisse (composants, terminaux), venait de passer un accord avec la Sems (ex-CII bis + Télémécanique, appartenant aujourd'hui à la Thomson) pour la distribution exclusive en Suisse, de la nouvelle gamme de minis.

Enfin, nous avons découvert le Senco de Sen Electronique, premier mini suisse, compatible Nova 3 et connu jusqu'ici sous le nom de Project 16 X. Mais pour avoir plus de détails sur cette information... lisez notre prochaine rubrique.

Marielle Stamm