Une histoire de l'informatique en Suisse

  Presse informatique    Années 1975 et 1976

Les Journées Romandes de l_Informatique auront bien lieu_

01 Informatique No. 403 (27 septembre 1976)

« Nous souhaitons mieux formuler l'identité de l'informatique en Suisse romande. Les Journées Romandes de l'informatique, qui s'ouvriront les 12, 13 et 14 octobre prochains, concrétiserons ce souhait » affirme avec véhémence et conviction Emil Jucker, secrétaire du Groupement Romand de l'Informatique, GRI.

L'idée germe, en fait, depuis plusieurs mois. Pourquoi ne pas regrouper en une seule manifestation les journées prévues au programme du GRI pour l'automne ? Pourquoi ne pas les élargir au-delà du cercle restreint des membres du GRI ? Et les idées de s'additionner les unes aux autres.

Les organisateurs du GRI pensent qu'il faut faire d'une pierre deux coups et encadrer cette manifestation d'une exposition rassemblant constructeurs et prestataires de services. Le simple fait que la majorité des fabricants organise tout au long de l'année des présentations de matériel dans les grands hôtels de toute la Romandie n'est-il pas la preuve que le besoin d'exposer existe et qu'une exposition commune serait peut-être la bienvenue ?

Les projets du GRI vont toutefois susciter une levée de boucliers inconditionnelle de la part des responsables de la Büfa à Zürich, organisateurs depuis de nombreuses années d'une exposition biennale de matériels de bureau et d'informatique, unique en son genre en Suisse.

Des qu'elle a vent de l'affaire, la Büfa rappelle à tous ses membres que son règlement leur interdit de participer à toute autre exposition de matériels en Suisse et qu'il leur est même fait défense de distribuer des prospectus portant description de leurs matériels.

Ce règlement est-il conforme à la loi sur les cartels et monopoles ? Nous ne pouvons l'affirmer. Il appartient à un juriste d'approfondir la question. Mais sans attendre son avis, le GRI décide d'aller de l'avant et propose aux constructeurs d'exposer... du logiciel. Rien ne s'y oppose dans le règlement de la Büfa.

Mais l'annonce des journées est singulièrement retardée par ce dialogue de sourds entre Büfa et GRI. Le Groupement romand est confronté à un nouveau choix. Faut-il attendre l'an prochain, ce qui permettrait de rassembler un plus grand nombre d'exposants et leur accorderait plus de temps pour leur préparation ?

Est-il préférable de marquer le coup et d'enfanter les Journées dès cet automne, contre vents et marées, en prenant le risque de n_attirer qu'un nombre restreint d'exposants et de participants ? C'est cette dernière alternative qu'ont choisi les responsables du GRI. Les Journées auront lieu...

Au programme, un premier jour consacré aux possibilités offertes par l'ordinateur de bureau et le miniordinateur aux PME. Un deuxième où l'on traitera de l'informatique dans les services publics. La dernière journée sera réservée aux COM et aux microfilms.

De plus, dix sociétés ont répondu positivement à l'offre d'exposer faite par le GRI. Ce sont Adiacom, Burroughs, Gestronic, Hermès, NCR, Ordino, Philips, Siemens, Teletype et UCS.

L'accueil que recevra cette manifestation qui reste professionnelle, puisque son accès est volontairement payant, éclairera les organisateurs sur le bien-fondé de leur initiative.

On peut toutefois regretter que la Büfa et le GRI ne puissent s'entendre pour organiser ensemble une exposition qui pourrait avoir lieu tous les deux ans en Suisse romande, l'année « sans Büfa ».

MS