Une histoire de l'informatique en Suisse

  Presse informatique    Années 1975 et 1976

Minis et micros à Zurich : Un Mimi 76 décevant

01 Informatique No. 389 (21 juin 1976)

Pour la deuxième fois, s'est tenue à Zurich une manifestation tout entière consacrée aux minis et micro-ordinateurs et à leurs applications. Malgré l'intérêt provoqué par l'exposition qui a attiré environ cinq cents personnes, ce qui peut être considéré par les organisateurs comme un succès pour un thème aussi spécialisé, Mimi 76 n'a pas tenu les promesses de Mimi 75. Les participants au cours étaient une cinquantaine et l'audience au séminaire a dépassé de peu la centaine.

Patronnée par l'IEEE suisse, la SEV, l'ICORD, Swissair et l'UBS et organisée par le professeur Hamza, de l'université de Calgary au Canada, Mimi a son pendant outre-Atlantique, à Toronto où la prochaine manifestation se tiendra au mois de novembre prochain.

Mimi est constitué de trois volets complémentaires : un cours, un séminaire et une exposition.

La faible participation au cours, qu'il faut peut-être attribuer au fait que ceux-ci commencent à fleurir chez beaucoup de constructeurs, n'en a pas altéré l'intérêt. La prestation du professeur I-Lee, qui enseigne à Berkeley, était accompagnée de démonstrations d'un système développé dans le laboratoire californien, le « Microcomputer Development System » destiné spécialement à l'enseignement de la technologie et des applications des micro-ordinateurs.

Les exposés au séminaire, dont plus de la moitié étaient donnés par des étrangers, balayaient un large spectre d'applications, scientifiques, industrielles, médicales, ou étaient directement en rapport avec des matériels présentés à l'exposition.

Avec vingt et un exposants, celle-ci a donné une assez bonne idée des matériels disponibles sur le marché suisse. Trois absents d'importance néanmoins, Hewlett Packard, seul parmi les constructeurs de minis a s'être abstenu, Tektronix et enfin Mohr, qui représente Toshiba et Fairchild en Suisse.

Chez les « grands des minis » on pouvait voir plusieurs nouveautés annoncées ce printemps en Europe, mais présentées pour la première fois en Suisse : sur le stand d'IBM, le calculateur de table 5100, sur celui de General Automation, le Micromini GA 16, et chez Data General, le Micronova arrivé « in extremis » le dernier jour. Varian avait eu moins de chance, et son dernier-né, le Varian 76, ayant eu un « accident de parcours », son stand était vide.

Les autres constructeurs, tous Américains, n'ont souvent pas encore de filiale propre dans le pays et sont représentés par des firmes suisses. C'est ainsi qu'on retrouvait du matériel Texas Instruments à la fois sur le stand de Fabrimex pour les composants, de Kontron pour certains périphériques comme le Silent 700, terminal portable programmable, et d'Erni, qui exposait la nouvelle gamme 990, le micro-ordinateur 990/4 et le miniordinateur 990/10.

Parmi les autres, citons Baerlocher, qui représente RCA et, depuis peu, Monolithic Memories, Fenner AG, à Sissach, qui représente National Semiconductors, Mikrocomputer System, qui commercialise les produits Rockwell, et Omni Ray ceux de Motorola en Suisse alémanique.

Industrade, avec les produits Intel, revendique une grosse part du marché suisse où elle aurait déjà procédé à une cinquantaine d'installations. Sur son stand, Etati expose pour la deuxième fois le micro-ordinateur Intellec MDS, doté cette année de disquettes.

Enfin, on remarquait sur le stand de Dimos AG, le micro-ordinateur Altair 8800 de Mits, qui offre la particularité d'être programmable en Basic. Destiné principalement aux acheteurs OEM ou au scientifiques, il s'adresse aussi aux « Hobbyistes » qui peuvent l'acheter en pièces détachées (kit) et y consacrer de passionnants dimanches.

Les organisateurs de Mimi prévoient une nouvelle manifestation au mois de juin prochain. Peut-être faudra-t-il adapter la formule et réunir le cours et le séminaire en une seule manifestation pour attirer plus de monde.

Mais une autre conférence sur les minis et micros, doublée d'une exposition est prévue à Genève au mois de mai 1977. On peut se demander s'il est judicieux d'organiser deux expositions concurrentes sur le même thème, à quinze jours d'intervalle.

Marielle Stamm